Comme plusieurs, j’ai commencé ma « relation » avec FileMaker au moment où j’ai eu besoin de programmer mon propre outil de gestion. À l’époque, je dirigeais une petite boite de design graphique et je cherchais une façon simple de compiler les heures que chaque membre de l’équipe consacrait aux projets. Rien pour me rajeunir, mais je parle ici du début des années 90… avant l’internet, l’époque des disquettes en plastique et de Guns N’ Roses !

Nous menions plusieurs projets de front et il arrivait fréquemment qu’on perde le fil des heures travaillées. Bien sûr, cette situation créait un important problème de rentabilité pour l’entreprise. À cette époque, les solutions à ce problème n’étaient pas légion, et si on ajoutait le facteur francophone à l’équation, les logiciels disponibles étaient… tout simplement inexistants. Alors, j’ai pensé que c’était l’heure de retrousser mes manches et développer moi-même.

J’ai choisi FileMaker parce que c’était une technologie simple, idéale pour un « non-programmeur » comme moi. Dans la colonne des avantages, on notait une parfaite compatibilité avec les ordinateurs Macintosh qui étaient sur nos bureaux. Avec des scripts, des opérateurs simples, écrits avec des mots que je pouvais comprendre, je suis arrivé à construire l’outil de mes rêves qui allait rendre d’énormes services à mon entreprise.

C’est comme ça qu’un jour de 1992 est né ce qui allait plus tard devenir La Casserole. Ce simple projet de « bricolage » pour améliorer la vie de mon entreprise est devenu le noyau de Fin Finaud Consultant (que j’allais démarrer 13 ans plus tard).

Max-avec-Classic-et-FMP1

Depuis ce jour où j’ai acheté la version 1.0 de FileMaker Pro, pas une journée de ma vie professionnelle n’a passé sans que FileMaker ne soit ouvert sur mon ordinateur. Je l’ai utilisé tous les jours, j’ai développé d’innombrables applications… et j’ai eu un plaisir fou ! J’aime souvent dire que FileMaker est l’étape qui vient après Excel, quand on a une masse de données dans Excel et qu’on veut partager ça avec une équipe, faire interagir plusieurs personnes avec les mêmes données, établir des connexions entre différentes sources… et qu’on veut accomplir tout ça sans apprendre un langage de programmation complexe, c’est le moment d’installer FileMaker dans son ordinateur et d’écrire ses premiers scripts.

Aujourd’hui, 24 ans après avoir découvert ce logiciel exceptionnel, je l’utilise toujours au quotidien, il est plus que jamais le noyau de mon entreprise. Parce que notre équipe est dédié au développement d’applications FileMaker, mais aussi parce la gestion de notre entreprise, toutes nos feuilles de temps, toutes nos factures passent par La Casserole, développée en FileMaker.

En 2016, on peut dire que FileMaker a bien changé. Des centaines de nouvelles fonctions ont apparu au fil des versions, beaucoup de choses qui n’étaient pas possibles le sont devenues, mais l’essence de FileMaker est toujours la même : développer simplement et rapidement des outils de gestions sur mesure pour des groupes de travail ou des entreprises de petites et moyennes tailles. Bien entendu, je ne peux retenir mon envie de vous inviter à communiquer avec moi pour discuter de votre prochain projet de développement, vous serez probablement surpris de ce que nous pouvons accomplir, ma bande de Fin Finaud et moi !

Max-avec-disquettes